Des Portes Royales D'amboise

Des Portes Royales D'amboise

Berger de Picardie


Ce site n'est pas conçu pour les SMARTPHONES car il vous manque des informations sur votre écran à gauche, droite, haut et bas.


La rencontre avec mon premier Berger Picard s’est produite en 2004 à deux cents mètres de chez moi. J’étais propriétaire de chevaux à ce moment la et je louais une partie de la ferme de mon voisin. Le propriétaire de cette ferme m’avait signalé un chien noir qui trainait depuis trois jours dans le fossé pour éviter d'avoir des problèmes avec mes juments et me l’avait montré. Je me suis vite rendu compte que ce n’était qu’un très jeune chien d' environ deux mois qui cherchait à rentrer chez lui. Le lendemain, il est arrivé dans l’atelier de la ferme et malgré nos protestations pour le faire fuir, il a fini par avoir raison sur nous. Il m’a suivi chez moi et il n’a jamais voulu repartir. J’ai trouvé le propriétaire mais vu sa situation, j’ai mieux compris cet abandon. Pilgrim avait une sœur mais je ne sais pas ce qu'elle est devenue, seul survivant eux deux d'une portée non désiré. Ce chiot avait reçu des coups de manche à balai en bois sur le dos pour avoir eu le malheur de boire plusieurs fois dans le bol de lait du chat d'un autre voisin.

Ce fut donc mon premier Picard, toujours présent à coté de moi. Il ne ma pas facilité la tâche à son arrivé avec des voisins peu envieux de me voir avec ce nouvel arrivant. Ce fut de même avec la cohabitation de mes juments sans compter les clôtures à chevaux non prévu pour recevoir un bébé chien !!!


Il s'appelle PILGRIM et c'est mon plus grand copain de vie.


Le virus PICARD est arrivé après le départ de mes juments pour excès de problèmes indélicat de voisinage. Mon Pilgrim s’ennuyait beaucoup et malgré les divertissements, il fallait que je lui trouve non pas une copine mais une petite sœur pour lui.

C’est ainsi que Garrincha ma louloutte est arrivé.
Garrincha à découvert Pilgrim, et depuis, c’est la fin du monde sans Pilgrim, le grand frère !
Pilgrim et Garrincha font maintenant de l’attelage canin ensemble en dehors d’un club, ils sont très connus pour leur sympathie et leur bonne humeur.

Pour faire de l’attelage, il faut faire des examens médicaux. Étant similaire pour la reproduction, j’ai donc profité pour faire passer des examens complémentaires à Garrincha pour savoir si elle était apte à la reproduction.

Garrincha a su montrer et développer des caractères exceptionnels, sa musculature, son intelligence au travail, son hygiène de vie.
Son succès au travail et l'émerveillement des gens la fait grimper dans les médias.

Garrincha ne pourra jamais obtenir sa cotation 4 suite à une dysplasie accidentelle du à son éducation sportive. Elle n'est pas trop apprécié des juges lors des expos de beauté par sa musculature, elle est par contre recommandée par les vétérinaires qui la suivent pour sa qualité sanitaire et son hygiène de vie.
Garrincha ne fera qu’une seule portée par an à partir de son 24ième mois pour ne faire que quelques portées dans sa vie. Le but n’est pas de la mettre en batterie ou se faire de l'argent mais de maintenir cette race peu répandu par sa qualité de vie et de sa grande intelligence.


Mon enthousiasme avec cette race vu tous les jours par PILGRIM et GARRINCHA, était tel qu’une décision a été prise dès la première portée 2013, de garder un mâle et une femelle pour mon activité attelage. Malheureusement, au fil des jours, je me suis rendu compte une accumulation de problème de comportement sur ces deux chiots jusqu’à prendre une décision très triste de ne pas les garder à 18 mois. J’ai vite compris par les différents témoignages des juges en expo, activités sportives, refuges pour animaux, qu’il y avait de plus en plus de soucis sur la sociabilité et la prédation sur cette race. Mon cas était loin d’être isolé face à des Berger Picard mordeur et craintif.  D’autres soucis tout aussi graves se sont accumulés jusqu’à voir mes PICARD portant mon affixe, expulsés ou interdit de séjour dans un concours sans aucun justificatif par certains organisateurs en vue de favoriser le résultat d’un concours. Ceux qui font des concours vont vite comprendre de quoi je parle, ne faisant pas parti du club.

GARRINCHA a fait une deuxième portée mais par souci de tranquillité, je n’ai pas gardé de chiot. J’avais réussi le mariage parfait avec un autre mâle car je n’en possède pas et j’ai préféré fournir de bons chiots aux clients.

la troisième portée sera déterminante par la perte de cette portée et l’utérus à cause du vétérinaire de garde ne voulant pas intervenir un dimanche.

Ma colère sur tous ces incidents n’est pas descriptible et certaines personnes fort en gueule (toujours les mêmes en relation avec cette race), avaient décidés d’en rajouter encore une couche publiquement pour soi-disant maltraitance sur mes animaux.

J’ai pris ma décision de ne pas continuer l’élevage avec cette race. j’ai un métier autre qu’éleveur et je suis aussi enregistré comme animateur animalier spectacle de rue.  J’ai décidé de continuer ma section attelage et d’adopter un Berger picard Bringé pour équilibrer les âges. J’ai à nouveau essuyé un échec d’adoption avec ces mêmes personnes qui gèrent cette race sous prétexte que je ne suis pas une vraie famille pour le Berger picard.

Dans la vie, il faut savoir perdre la face et accepter l’échec sur une race que je considère comme mal gérée par des personnes élues par vote, copinage et non par professionnalisme au profit d’obtenir des résultats pour leurs copains. Ma décision est prise de me dépolluer de cette race avec tristesse, n’arrivant pas à pardonner toutes ces trahisons et accusations calomnieuses depuis 2013 commencé dès la première saillie avec un mâle extérieur à notre élevage. Il faut savoir arrêter lorsque quelque chose ne va pas. Le club de race dans leur journal, mentionne que cette race est de qualité moyenne, et dans le journal de 30 millions d’amis, que cette race était destinée désormais vers un chien d’agrément à la place d’un vrai chien de travail, par lequel, il aurait perdu ses aptitudes naturelles.

INOUK et ISALINE sont revenus à la maison parce que l’adoptant n’a pas compris qu’il fallait du temps à leur consacrer et qu’il fallait un budget financier pour eux. Une nouvelle famille s’est aussi déplacé mais elle a pris peur face à des caractères difficiles bien trempés du Berger picard.


 


À ce jour, je n’ai pas trouvé une famille, capable de les écouter et de s’en occuper correctement. J’ai fini par trouver la sérénité en quittant tout ce qui était sujet à critique et merci à toutes les personnes qui m’ont soutenu dans ces moments difficiles. J’ai vécu une véritable aventure dans le PICARDLAND avec PILGRIM et GARRINCHA mais j’étais dans le devant de la scène. J’ai voulu y retourner sous ce chapiteau mais cette fois-ci, j’ai voyagé dans les coulisses du PICARDLAND. Je n’ai malheureusement rencontré que de la méchanceté, la malhonnêteté, la corruption, la tricherie génétique, la magouille dans les concours. J’étais aveuglé par la fascination pour cette race et je me suis rapproché trop près de cette piste aux étoiles entaché par la corruption. Il est temps de rentrer à la maison et d’aller chercher MOZART WOLF AMADEUS.


LE MOT DE LA FIN

LE MOT DE LA FIN

Le Berger Picard n'est pas fait pour vivre  enfermé à longueur de journée dans un petit jardin ou encore moins dans un appartement sans le sortir !!! Il se retrouvera forcément abandonné un jour pour ses crises d’angoisse. Il deviendra fou et malheureux à vie et pire encore si vous l'abandonné à son triste sort dans un refuge. C'est pour l'avoir malheureusement vu !